viavervie_supervision_de_coachs

La supervision est un espace d’échange entre professionnels visant à s’éclairer mutuellement sur la façon de satisfaire le client final, de trouver la posture juste, permettant d’oser en prenant des risques mesurés, et congruente avec les talents  et le désir de développement professionnel du coach.

Ma posture de superviseur s’articule selon trois perspectives :
  • Se relier : exploration contextuelle des liens et des interactions entre le coach, son client et les autres acteurs du client.
  • Etre : sentir le pas que le coach est sur le point de franchir pour développer sa puissance dans la relation avec son client
  • Agir : co-créer avec le coach une autre façon d’intervenir sécurisante pour lui et pour son client, innovante et efficace, dans le respect de l’éthique du coach et de la déontologie du métier.
Trois types de supervision sont proposés :

Supervision individuelle

Etablir le contrat :
  • Rencontrer le coach, cerner ses enjeux de développement professionnel et son niveau de maturité, préciser ses objectifs dans le cadre de la supervision et convenir d’indicateurs de succès.
  • Lui présenter mon parcours, ma façon de superviser et mes références théoriques, mes valeurs et ma déontologie, et d’une façon générale les sujets qui peuvent être abordés en supervision.
  • A partir de l’alliance ainsi créée, établir un contrat qui précise le cadre des séances, leur durée et leur tarif, validé avec le coach et le cas échéant avec les responsables de son organisation lors d’un tripartite.
Des séances d’une durée de 2h00 au total, dans la dynamique du U :
  • Se reconnecter en prenant connaissance des événements marquants de la vie professionnelle et personnelle qui se sont produits depuis la dernière rencontre.
  • Ecouter la présentation du cas que le coach souhaite examiner en veillant à VOIR qui est son client et sa demande de coaching, quel est son environnement organisationnel , la relation établie entre le coach et son client et la stratégie d’intervention qu’il a mise en œuvre.
  • Explorer la demande de supervision : SENTIR les enjeux pour le coach – soutien, résolution d’une difficulté, développement de sa posture, ce qu’il a déjà mis en œuvre – sur la base de quelles hypothèses, l’ouverture plus spécifique grâce à laquelle il aura le sentiment d’avoir avancé pour réaborder la situation de son client de façon sereine ou différente.
  • Partager les perceptions et envisager toutes les hypothèses de travail : le superviseur est EN PRESENCE de ce qui se passe dans son interaction avec le coach, et de ce qu’il ressent émotionnellement et physiquement, pour partager différents points de vue sur la situation du coach avec son client : des étonnements, des grilles de lecture différentes de celles du coach, la dimension éthique et déontologique, les fondamentaux d’un processus de coaching, les mécanismes de défense du coach et leur impact dans la relation, les éventuels reflets systémiques entre la situation du client et l’interaction entre le superviseur et le coach, les écarts sémantiques dans les mots utilisés par le coach et leur sens possible. Le coach approfondit les hypothèses qui paraissent les plus pertinentes et choisit des pistes de travail
  • Parvenus à ce point, le coach AGIR EN UN INSTANT : il élabore avec le soutien encourageant et stimulant du superviseur, les ajustements de posture, de stratégie et de pédagogie d’intervention, de clarification du cadre du coaching, qui vont lui permettre d’être davantage dans sa puissance de coach dans l’intérêt de son client.
  • Conclure l’échange par un retour sur la demande de supervision, la mesure de la satisfaction du coach, ce qui lui manque encore, quitte à entrer dans une nouvelle interaction si la première n’a pas permis d’aller suffisamment loin. Le coach formule comment il va EVOLUER.

Supervision de coachs intervenant chez le même client

Un entretien préalable permet de faire connaissance avec le coach représentant du groupe d’intervenants, des acteurs en présence chez leur client, des objectifs de la supervision, et d’élaborer ensemble un cadre de travail qui fera l’objet du contrat de supervision (durée, lieu et prix).

Une séance d’une demi-journée se déroule typiquement ainsi :
  • Se relier : coachs et superviseur se présentent , partagent leurs intentions pour la séance de façon à faire alliance dans un climat de respect et de confiance.
  • Un contrat de séance est élaboré en s’appuyant sur l’entretien préalable et les éléments apportés par les différents intervenants.
  • L’exploration du contexte client s’appuie sur la multiplicité des perceptions des intervenants : une représentation systémique des différents acteurs, de leurs enjeux, de leur traits de personnalité et de la qualité de leurs relations permet d’appréhender la complexité de la situation et de révéler les décalages de compréhension entre les intervenants qui donnent de premières pistes sur l’origine de leur demande.
  • Le partage du vécu de chaque intervenant dans la situation difficile ou complexe permet de déceler les reflets systémiques, les influences non visibles du premier coup d’œil entre le système client et le système des intervenants, et de mettre en lumière les enjeux personnels, les points de vulnérabilité ou les contraintes qui, une fois explicités tous ensemble, permettent de réorienter l’énergie du groupe d’intervenants pour développer des solutions communes.
  • Le superviseur offre un éventail de perceptions, de grilles de lecture, d’outils méthodologiques pour éclairer la scène en faisant apparaître des contrastes nouveaux et débusquer les mécanismes qui se traduisent par émotions et des comportements inefficaces.
  • Ayant ainsi visité le site aves un regard panoramique, intervenants et superviseur choisissent la ou les hypothèses de travail qui leur paraissent les plus pertinentes d’explorer avant de « revenir chez le client »
  • Si nécessaire un échange permet d’élaborer une nouvelle stratégie d’intervention et un plan d’action.
  • Conclure la séance par un partage du feedback de chacun par rapport à la demande de supervision, les éléments de progrès personnels et de développement y compris pour le superviseur.

Supervision collective de coachs

  • Un entretien préalable permet de faire connaissance avec le coach, de préciser les objectifs de sa supervision, et de préciser ensemble le cadre de travail qui fera l’objet du contrat de supervision (objectifs, principes de coopération, durée, lieu et conditions de paiement).
  • Le coach s’engage avec les autres participants dans la durée : le cycle de supervision collective se déroule sur l’équivalent d’une année scolaire à raison d’une séance d’une demi-journée par mois. C’est un parcours à vivre en équipe, chacun recevant de l’expérience des autres et apportant son propre regard à la leur, son style et ses modèles, de façon bienveillante. Le groupe comprend minimum quatre et maximum six membres.
  • Le rôle du superviseur est à la fois d’animer l’équipe et ses modes de travail, d’apporter ses propres perceptions au service des questions apportées par les participants et de veiller au développement de leur posture de coach, notamment en exerçant leur capacité Méta. Le style de supervision est participatif, le choix du mode de travail étant de la responsabilité du superviseur. Le modèle « 7 eyes » développé par Peter Hawkins, sert de référence au processus de supervision.
Une séance d’une demi-journée se déroule typiquement ainsi :
  • Un temps pour se relier à partir de l’actualité de chacun et pour identifier la nature des demandes de supervision.
  • L’agenda de la séance est élaboré ensemble, en comptant environ 30 minutes par cas.
  • Pour chaque cas, un exposé, l’explicitation de la demande, et le choix d’un mode de travail en collectif.
  • Puis le déroulé du travail collectif, conclu par un instant META animé en général par le superviseur , à partir duquel le coach énonce ce qu’il a découvert. Un exercice de mise en œuvre peut être proposé pour ancrer la transformation.
  • A la fin, un temps pour intégrer tout ce qui est advenu durant la séance, les apprentissages sur la posture de coach et sur la façon de travailler en équipe de supervisés.

Référentiels et bibliographie

Les principaux référentiels sur lesquels s’appuie ma pratique sont :
  • Les sept compétences du superviseur développées par l’EMCC.
  • La charte déontologique de l’ICF et l’engagement commun entre les trois associations SFCOACH, EMCC et ICF.
  • La charte déontologique de l’association de superviseurs PSF – Professional Supervisors Federation.
  • La théorie U d’Otto Scharmer, avec les trois mouvements : voir et sentir, être en présence de deux représentations passé et futur en vue de l’émergence d’intentions fortes, agir en un instant.
  • L’approche systémique.
  • Les schémas de protection infantile de Young, les mécanismes de défense.
  • La Relation Optimale de Coaching de Trajectives.
Bibliographie :
  • Coaching, mentoring and organizational consultancy supervision, skills & development de Peter Hawkins and Nick Smith.
  • Les outils du superviseur de M.Moral et F.Lamy.
  • Le grand livre de la supervision, sous la direction d’Emilie Devienne.
  • Mécanismes de défense et coping de H.Chabal et S.Calahan.
  • Je réinvente ma vie de J E Young, et J S Klosto.
  • Coacher grâce aux neurosciences de Marie-Pascale Martorell.